January 30, 2019

October 24, 2018

Please reload

Posts Récents

Mon histoire (3)

April 17, 2017

1/1
Please reload

Posts à l'affiche

Comment créer un cadre propice à l’apprentissage tout au long de la vie ?

22 May 2017

On me demande souvent d’accompagner les formateurs/ professeurs ou managers pour booster la motivation des apprenants/ des équipes qu’ils suivent. Je partage cet article pour prendre un peu de recul sur le processus de motivation de l’être humain et voir comment la motivation est très fortement liée à la confiance en soi, à l’autonomie et non au contrôle, à l’autorité.

 

L’image qui me parle le plus en terme d’apprentissage se compose de deux cercles concentriques. Le premier cercle s’appelle la zone de confort et il correspond à l’espace d’habitude, de sécurité d’une personne. Par exemple, acheter un billet de train en français dans une gare fait partie des actions qui composent cette zone pour moi. Je n’ai même pas besoin de me questionner, de me préparer pour effectuer cet exercice. En repensant à mes séjours à l’étranger, cette simple action appartenait (au moins au début du voyage) à la zone d’apprentissage, le deuxième cercle concentrique. Ce nouvel espace est fait de toutes les actions qui nous demandent réflexion, préparation, investissement et qui sont souvent vecteur de stress. Avant d’acheter mon billet de train en Italie, je répétais les phrases que j’allais utiliser dans cette nouvelle langue, doutais sur le fait d’être comprise…

 

 

Le processus d’apprentissage et de prise de confiance en soi s’alimente par l’aller-retour fréquent entre ces deux cercles. Le stress n’est pas un sentiment négatif si après les stimulis qui permettent plus de concentration du corps, nous accédons à une phase de repos dans notre fameuse zone de confort.

 

Accompagner quelqu’un dans son chemin d’apprentissage, éviter l’ennui et le surmenage, c’est s’assurer qu’il/elle oscille bien entre ces deux zones. Des actions nouvelles pour toujours apprendre, satisfaire sa curiosité, se sentir vivant et des actions habituelles pour se reposer, recharger les batteries.

 

Pour un manager, par exemple, dessiner ces deux cercles peut être une bonne base de travail pour un entretien annuel. Quand le salarié parlera de ses actions passées, il pourra par exemple les situer sur les différents espaces en fonction de leur niveau de challenge. Cela permettra aux binômes de pouvoir se projeter dans la nouvelle année en donnant plus d’ampleur à certaines actions en fonction de l’état de stress ou de confiance du/ de la salarié(e).

 

Pourquoi ces aller-retours sont-ils si importants ?

 

1. Si une personne reste trop longtemps dans la zone de confort, il/elle s’ennuie. Cela peut conduire jusqu’au bore-out moins connu que son homologue le burnout mais tout aussi dévastateur. L’expression « s’ennuyer à mourir » en est assez révélatrice. Rester dans sa zone de confort, c’est  se priver de l’opportunité de la faire grandir. Les allers-retours entre zone de confort et zone d’apprentissage permettent au centre de la cible de s’élargir toujours plus. Après quelques semaines en Italie par exemple, l’action commander un billet dans une gare était rentrée dans ma zone de confort. Mon nouveau défi d’apprentissage dans le pays consistait à tenir une conversation de plus d’une demi-heure avec un petit groupe de personne qui parlent rapidement.

 

2. Si une personne reste trop longtemps dans la zone d’apprentissage ou se donne des défis trop stressant, il/ elle risque d’atteindre la zone de panique. Pour que le stress reste un stimuli positif pour le corps, il est nécessaire d’avoir du repos entre les différents challenges, un passage obligé par la zone de confort. Si les stimulis sont trop souvent répétés sans repos, cela peut conduire au burnout ou épuisement professionnelle, une explosion qui entraine l’impossibilité d’être actif pendant un certain temps, la peur de se remettre en action.

 

Le corps humain est assez bien fait pour créer des pathologies professionnelles dès qu’une situation est néfaste à l’épanouissement psychologique d’un individu. Veiller à son propre équilibre en s’assurant qu’on n’est pas en train de virer vers la zone d’ennui ou la zone de panique est un outil essentiel pour gagner toujours en confiance et être dans une démarche d’apprentissage tout au long de la vie. Démarche qui peut ensuite se propager facilement aux personnes qu’on accompagne.

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags